Loi(s) d’attraction ou la pensée créatrice

Ce que la plupart des gens appellent la Loi d’attraction a fait couler beaucoup d’encre ses dernières années. Elle doit principalement son succès au best seller de Rhonda Byrne intitulé « Le secret ». Cette approche très anglo-saxonne de la matière, axée sur le gain et la réussite matérielle est très parcellaire et peut même devenir dangereuse lorsqu’elle induit chez le « pratiquant » un déni du réel ou de l’approche systémique de la société et des relations humaines.

Pour autant, chacun peut réellement décider de prendre sa vie en main, de mettre toutes les chances de son côté pour réaliser ses objectifs. En cela, la « loi d’attraction » est un outil utile qui permettra de nous familiariser et de travailler avec des principes fondamentaux de l’énergétique mais surtout, de mettre en évidence nos croyances limitantes, et de nous amener à réfléchir à nos besoins réels, à notre place et à nos limites aidantes ou limitantes.

Enfin, s’il est indéniable que « la loi d’attraction ça marche » pour beaucoup d’auteurs, et certainement pour nous même à l’issue du premier atelier que je vous propose, nous aborderons ce que cet outil à de meilleur à nous offrir en poursuivant l’étude de ce phénomène avec les ateliers d’approfondissement, c’est à dire lorsque nous étudieront ce qui peut faire que « la loi d’attraction ça ne marche pas » et comment nous pouvons nous responsabiliser pour arriver à construire notre avenir désiré.

 

Niveau I – Loi(s) d’attraction : principes et mise en œuvre

Au cours de la matinée nous aborderons la théorie, de l’autosuggestion consciente à l’occultisme, puis dans l’après-midi nous apprendrons d’abord à mettre en œuvre les principes des demandes « à l’univers » et nous exercerons à formuler nos « demandes » ou « programmations ».

Programme :

– Autosuggestion consciente ou auto-hypnose : les dérives de la méthode Coué
– Les principes Hermétiques, origine de la loi d’attraction
– Conditions de mise en œuvre des demandes de réalisation des « souhaits »
– Différencier envies et besoins
– Exercice pratique : faire une demande « à l’univers » ou « programmer son avenir »

Prochaines dates et tarif :

A Paris : Dimanche 15 avril 2018 de 9h30 à 18h00 au tarif de 90€ par personne. Les repas du midi sont à la charge des stagiaires (en savoir plus).

Niveau II – La loi d’attraction quand ça ne marche pas

il s’agit de plusieurs ateliers que vous pouvez choisir de suivre dans l’ordre que vous souhaitez qui mettent en évidence des conditionnements invisibles nous empêchant donc inconsciemment de mener notre vie comme nous l’entendons.

Il s’agit principalement des ateliers suivants (proposés à partir du premier semestre 2018) :

Le projet sens – Le syndrome du Gisant

En psychogénéalogie, le projet sens représente une sorte de programmation de l’individu influant particulièrement sur la manière dont le couple et les relations à l’argent seront vécus au cours de la vie.

L’hérédité ou les solidarités familiales

En psychogénéalogie, le génosociogramme permet de mettre en évidence des « histoires » non résolues, non exprimées voire cachées, ou inacceptées, de notre arbre généalogique. Nous nous apercevons alors qu’une loyauté invisible nous pousse à répéter des évènements heureux ou non, à éviter certaines situations, à avoir du mal à trouver notre place, et souvent à nous auto-saboter.

Les archétypes

Les archétypes ont été décrits par un grand nombre de philosophes, cependant ce concept a été particulièrement développé par Carl Gustav Jung désignant en psychologie analytique une structure psychique a priori, un symbole universel d’un type ou d’une personne servant de modèle idéal ou primitif.

Il s’agit donc d’une image originelle liée au concept d’inconscient collectif, distinct de l’inconscient individuel. L’inconscient collectif est l’expérience héritée de toute l’espèce humaine et notre propre conscience est affectée par cette conscience plus vaste.

Selon Carolyne Myss, une combinaisons de douze modèles archétypaux est à principalement à l’œuvre en chacun de nous et soutient, ou limite, notre développement personnel. Les identifier nous permet de nous interroger sur nos difficultés, limites, croyances, etc.